Hydromel

Je n’aime pas l’alcool. Mauvaise expérience familiale et mauvaise expérience personnelle. Je déteste la bière, le whisky, le rhum, le vin rouge, j’apprécie très moyennement la vodka et je n’ai pas bu une goutte pendant presque trois ans. J’étais déjà loin d’être alcoolique (je ne supporte pas l’alcool honnêtement) mais je m’en éloigne encore un peu plus chaque jour.

hydromel

Il n’y a qu’une seule boisson que j’apprécie vraiment et de manière modérée (genre un verre tous les trois jours). C’est l’hydromel.

ATTENTION: cet article n’est pas un encouragement à la consommation.

Petit rappel historique: L’hydromel est exclusivement une boisson fermentée, faite d’eau et de miel. La fermentation peut être produite par des levures endogènes (présentes dans le miel) ou exogènes (que on rajoute). L’hydromel titre le plus souvent entre 10° et 16°, Mais on peut le faire moins fort ou jusqu’à 18°. Cette boisson est l’une des premières boissons alcoolisées que l’homme ait bu. Les premières traces de production d’hydromel remontent à 7000 av. J.-C., en Chine. Une des premières recettes écrites nous vient d’Aristote en 350 av. J.-C. Connu et apprécié des Grecs et des Romains pour se répandre plus tard chez les Gaulois, l’hydromel, boisson des dieux issue de la fermentation d’eau et de miel dans des proportions variant suivant les peuples, est plébiscité tant par les familles que par les religieux du Moyen Âge, avant d’être supplanté vers le XIIIe siècle par l’hypocras, breuvage consistant en un vin miellé auquel on ajoute bientôt force épices et herbes aromatiques, et dont les propriétés les font interdire dans les monastères.

Beaucoup de gens pensent que c’est une boisson réservée aux Vikings mais comme vous le voyez, c’est beaucoup plus vieux et beaucoup plus cosmopolite. Bien sûr, les Vikings en ont fait une boisson divine que les Valkyries buvaient dans des cornes durant les festins divins. Dans tous les films parlant de ces fiers guerriers, l’hydromel est une base commune.

corne a boire

Aujourd’hui, il en existe de nombreuses variétés, souvent aromatisées. L’avantage est que c’est un alcool peu cher et assez doux (souvent autour de 10%). Tout dépend de la fermentation, de sa composition et de ses arômes. J’en ai goûté pas mal, certains considérés comme de « grand cru » et j’avoue que celui que je préfère est appelé « hydromel des elfes ». Une gousse de vanille est plongé dans la bouteille et le mariage entre les saveurs se fait parfaitement. On a une boisson très douce, sucrée et peu forte.

C’est aussi l’une des rares boissons qu’on peut réaliser soit même, sans trop se prendre la tête. J’ai essayé et le résultat n’était pas trop mal. Je l’avais dosée sous la barre des 10% pour une recette un peu plus sucré et plus épaisse. Le processus et assez long pour un novice car il faut un mois de fermentation au moins et le siphonnage est casse-bonbon. Mais le résultat était à la hauteur des efforts.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s